Qui a soufflé 50 bougies cette année ? Quel demi-siècle commémore-t-on ? Quel jubilé célébrons-nous ?

Le petit-pas-pour-l’homme ? L’essor du Concorde ? La boucherie de Manson ? L’année érotique ? Les Halles    à Rungis ? 

Oui mais z’aussi… Que je t’aimeueueu de Johnny ? La démission du Général ? L’ultime plongeon de Brian Jones ?

Allez cherchez encore ! Qui vais-je honorer aujourd’hui ? C’est qui, mon ptit quinqua, mon p’tit quinquagénaire ? 

Allez !!! Je vous aide… Ça commence par fesse… et ça finit par toc. 

C’est…. le Fesssstival de Woodstock ! 

J’ai donc péleriné vers ce lieu jadis réputé pour sa pluviométrie, ses volutes de chanvre et ses orgies dans la boue bercées de riffs ravageurs.

Woodstock , dont je précise qu’il n’a pas eu lieu à Woodstock mais à 100 km de là, à Béthel, béthel comme le bétel, la plante que mâchent les indiens avec un H au milieu. 

Il y avait d’ailleurs pas mal de hasch au milieu dans ces temps là…  

Je déboule donc à Woodstock, enfin à Bethel, 50 ans après dans un but précis. J’avais rendez-vous avec quelqu’un : Jimi. 

Jimi Lombrix, ver de terre vétéran, hirsute et frisé, toujours au taquet et qui a quelques trucs à nous dire :

- « Alors Jimi, toujours « experienced » ? 

- Yes man ! C’est toujours la partouze dans la boue, tu peux me croire, dude. 

En plus comme on est hermaphrodites je te raconte pas le kamasutra. 

Ici c’est cool.  Il y a de de l’herbe… partout…

On est sous des pâtures à vaches …

Nous les « heroes » de la prairie, on remue dix fois notre poids de terre tous les jours. 

On chie du fertilisant à jet continu, on creuse des kilomètres de galeries, on aère les sols, on fait de la vie, quoi…

C’est pas 500 000 gamins qui piétinent tous les cinquante ans qui vont nous gêner !

Par contre je peux te dire man, il y a plein d’endroits où ça craint pour les frères !

Dans tous les champs où ça laboure profond, là ils disparaissent carrément.

Pour le sexe en groupe, c’est mort ! 

C’est pas qu’ils n’aiment plus le sexe, c’est qu’il n’y a plus de groupe…

- Ah bon ? Mais comment ce fait ce?

- Well, c’est la charrue, man. Imagine qu’on te retourne ta maison et qu’on te nique ton garde-manger tout le temps. 

Pas cool man, pas cool !

- Ok Jimi Lombrix, mais comment on fait pour travailler les sols si on ne laboure plus ?

- Mais c’est NOUS qui travaillons les sols, mec. On le fait mieux que vous et en plus c’est gratos ! 

Vous allez comprendre quand ? Si vous voulez des sols vivants qui capturent un max de carbone, il faut laisser bosser les vers de terre !

On fait même pousser des arbres avec nos galeries, leurs racines, elles kiffent à mort!

Les arbres, c’est du bois man ! Le bois, c’est du carbone ! Le carbone, c’est la vie !

Alors laissez-nous faire des stocks de bois ! 

Wood.stock, man ! T’as capté ? WOODSTOCK !

https://youtu\.be/TKAwPA14Ni4 de sec 19 à sec 45 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.