Remarcher sur la Lune en 2024, Thomas Pesquet qui repart en mission, et deux nouveaux astronautes au-dessus de nos têtes grâce à SpaceX… Mais à quoi ça sert d’aller dans l’espace ?

A quoi ça sert d'aller dans l'espace ?
A quoi ça sert d'aller dans l'espace ? © AFP / Peggy Whitson / ESA/NASA / AFP

Faut-il envoyer des humains dans l'espace ?

Pour Hélène Huby, qui travaille chez Airbus à la construction de la capsule Orion, la réponse est oui. Cette capsule est un élément clef de l'ambitieuse mission Artémis de la Nasa, qui vise à emmener quatre astronautes sur la Lune - dont une femme - en 2024.

"L'objectif de la mission Artémis c'est de construire une base sur la Lune pour préparer l'exploration de Mars. La prochaine frontière, c'est l'espace." Hélène Huby

Des propos qui ont de quoi alerter les partisans de la décroissance, qui opposent exploration spatiale et préservation de la planète. Les milliards dépensés pour explorer le système solaire, à la recherche d'une trace de vie passée ou présente, feraient-ils mieux d'être utilisés pour nourrir la planète et assurer sa transition écologique ?

Il faut dire que le défenseur le plus médiatique de la conquête spatiale, le milliardaire Elon Musk, parle même de "coloniser" la planète Mars en 2030. Pour Francis Rocard, astrophysicien au CNES et auteur du livre Dernières nouvelles de Mars, la mission du siècle (Flammarion), cette date est largement prématurée. Son collègue Sébastien Barde abonde, lui qui prépare des astronautes à rejoindre la Station spatiale internationale.

"Il y a deux raisons d'envoyer des Hommes dans l'espace : faire de la science, et faire de l'exploration pour des considérations géopolitiques." Sébastien Barde

La course entre les Etats-Unis, alliés à l'Europe, et la Chine, est effrénée. Arnaud Saint-Martin, sociologue des sciences, "explore comment tout ceci est guidé par une idéologie : c'est la libre-entreprise dans l'espace, la croyance dans la nécessité de repousser les frontières, avec une part de religiosité."

À la fin du mois de juillet, la mission "Mars 2020" de la Nasa partira sans humain à bord pour ramener, pour la première fois, des échantillons de la planète rouge sur Terre.

Nos invités :

  • Hélène Huby, directrice adjointe du programme Orion ESM chez Airbus
  • Francis Rocard, astrophysicien, responsable des programmes d'exploration du système solaire au CNES
  • Sébastien Barde, sous-directeur Sciences et Exploration au CNES 
  • Arnaud Saint-Martin, sociologue, chargé de recherches au CNRS

Vous souhaitez témoigner ou réagir ? Rendez-vous sur l’application France Inter ou sur Twitter, #ledebatdemidi

À la une aujourd'hui dans Le Figaro avec Yves Thréard, le dernier défi d'Angela Merkel, alors que l'Allemagne prend la présidence de l'Union européenne. 

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.