La disparition de Johnny Hallyday a montré comment une famille apparemment unie pouvait se déchirer autour d’un héritage. Quelles règles adopter : choisir ses bénéficiaires ? Obliger à une répartition équitable entre héritiers ? Ou supprimer l’héritage, pour une plus grande justice sociale ? Faut-il le remodeler ?

Faut-il faire évoluer les modalités de l'héritage ?
Faut-il faire évoluer les modalités de l'héritage ? © Getty / Westend61

Deux mois après la disparition et les funérailles nationales de l’idole des anciens jeunes, Johnny Hallyday, la France apprenait que les deux ainés de ses enfants contestaient en justice le testament établi par leur père. Un testament qui prévoyait que l’ensemble de l'héritage patrimonial et artistique du chanteur soit confié exclusivement à sa dernière épouse, Laeticia, et à leurs deux filles. Ecartés de la succession, Laura Smet et David Hallyday estimaient donc que le droit français, qui interdit de déshériter ses enfants, devait s’appliquer et non le droit américain, sous le régime duquel le testament avait été rédigé en 2014. 

Cette affaire montre surtout la difficulté que peut connaître une famille, célèbre ou pas, à affronter pareille situation. Bon, il est vrai que 90% des héritages se font sans testament, donc sous le régime général du droit. Mais cette situation fait parfois le malheur, après une disparition, de ceux qui restent.

Que l’argent aille à ceux qui en ont besoin. C’est également ce qu’avancent aujourd’hui plusieurs économistes de tous bords, des ultras libéraux qui estiment que cet argent ne profite pas à l’économie, à ceux de gauche comme Thomas Piketty, pour qui l’héritage amplifie les inégalités sociales. La part des revenus des ménages liée à l’héritage est passée de 8% en 1985 à 20% aujourd’hui. Alors, faut-il revoir les règles de l’héritage ? Et peut-être même le supprimer ? 

On en débat avec : 

  • Pierre Lemée, notaire à Pont-L’évêque et rédacteur en chef de la revue Conseil des Notaires
  • Christine Ulivucci, psychothérapeute, spécialiste de l’analyse transgénérationnelle
  • Emmanuel Pierrat, avocat à Paris

On attend vos témoignages et vos réactions par mail ICI, sur l'appli France Inter ou sur Twitter #débatdemidi

Programmation musicale

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.