Bien sûr, elle ne fait pas partie des sept péchés capitaux, et très souvent, elle remplit les pages des tests des magazines féminins, mais on aurait tort de snober la jalousie, de la cantonner à un rôle mineur, tout juste bon à alimenter d’autres pages, celles des faits divers...

Non, d’abord, on doit à la jalousie les plus belles pages de la littérature française, dans A la recherche du temps perdu , Swann découvre avec Odette, toute la palette des souffrances qu’elle suscite, en imaginant celle qu’il aime dans les bras d’un autre…

Ensuite, la jalousie n’épargnant personne, elle a pu comme ça, toucher des dirigeants nationaux… un certain François… François a deux femmes dans sa vie, l’une s’appelle Diane de Poitiers, l’autre Anne d’Etampes, et François 1er sera poussé par la plus jeune de ses maîtresses à la guerre contre Charles Quint.

Elle est partout la jalousie, dans la sphère intime bien sûr, mais aussi dans la sphère publique, reste à savoir où se situe notre rôle de commentateurs…

La jalousie doit-elle rester privée, c’est la question de notre débat de midi.

Pour en parler, Thomas Chauvineau invite à sa table:

Yvane Wiart, psychologue, chercheur et auteur de L'attachement, un instinct oublié aux éditions Albin Michel et Petites violences ordinaires : la violence psychologique en famille aux éditions Courrier du Livre

Catherine Laborde, journaliste et auteur de Si tu ne m'aimes pas, je t'aime aux éditions Flammarion et La douce joie d'être trompée aux éditions A.Carrière

Julie Joly, rédactrice en chef adjointe du service société de l'Express

Philippe Vilain, écrivain

En partenariat avec l'Express:

L'Express
L'Express © Radio France

Les liens

L'Express

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.