Nous voilà bientôt à un mois des Journées du patrimoine, à condition que la pandémie nous laisse en profiter... Mais on peut aussi s'intéresser aux Journées du matrimoine, qui existent déjà, mais sont moins médiatisées ! Alors, l'histoire peut-elle aussi s'écrire au féminin ?

L'histoire peut-elle aussi s'écrire au féminin ? Ici, la représentation (gravure) d'un club de femmes en 1793, durant la Révolution française, tirée de l'ouvrage "Histoire des Girondins" de Alphonse de Lamartine (1790-1869)
L'histoire peut-elle aussi s'écrire au féminin ? Ici, la représentation (gravure) d'un club de femmes en 1793, durant la Révolution française, tirée de l'ouvrage "Histoire des Girondins" de Alphonse de Lamartine (1790-1869) © AFP / Bianchetti / Leemage

Matrimoine : l'histoire peut-elle aussi s'écrire au féminin ?

Ce sont des chiffres qui en disent long. Si elles représentent la moitié de l’humanité, seulement 10% des rues de Paris portent un nom de femme. Dans les écoles de cinéma, elles représentent aussi la moitié des élèves. Pourtant, aucune réalisatrice n’a été primée aux Césars depuis 2010. Et si je vous demande de citer une dramaturge du 17ème, vous risquez de sécher un peu… Mais les hommes alors, ça y va ! Ça se conçoit bien et s’énonce clairement, et les noms pour le dire arrivent aisément ! Racine, Corneille, Molière… pourtant, Françoise Pascale elle aussi a dénoncé les bigots. Mais cachez cette autrice que je ne saurais voir, elle a disparu comme beaucoup d’autres d’un bon nombre de dictionnaires de littérature

Heureusement, des voix s’élèvent, de plus en plus nombreuses et avec beaucoup d’humour, pour donner à cet héritage culturel féminin la place qu’il mérite. Allons enfants de la matrie, le jour de gloire est arrivé… enfin disons plutôt qu’il est en train d’arriver, mais qu’il prend son temps ! Matrimoine, l’histoire va-t-elle aussi s’écrire au féminin ? C’est le menu d’aujourd’hui !

Nos invitées : 

Vous souhaitez témoigner ou réagir ? Rendez-vous sur l’application France Inter ou sur Twitter, #ledebatdemidi

À la une aujourd'hui dans Le Figaro avec Yves Thréard, le port du masque, qui se généralise en France. 

Les invités
  • Edith ValléeDocteure en psychologie, initiatrice du parcours « ruse et rébellion » lors des Journées du matrimoine
  • Marie GuériniCoordinatrice générale des Journées du matrimoine
  • Marguerite NebelszteinCo-fondatrice du collectif Georgette Sand
  • Natacha RaultPrésidente-fondatrice de l’assocation « Les Sans PagEs »
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.