Y a-t-il une différence entre le bio que l'on trouve en grande surface et celui des circuits spécialisés ?

Le bio de l'ivraie ?
Le bio de l'ivraie ? © Getty / BSIP

Voilà trois semaines qu'on se retrouve tous les jours à midi et on n’a même pas encore parlé de bouffe ! Il est grand temps de se mettre à table.

Au menu aujourd’hui, un débat 100% bio. L’alimentation biologique rencontre un engouement spectaculaire en France : le marché pèse plus de sept milliards d’euros, sept fois plus qu’en 2001. Neuf Français sur dix ont consommé du bio en 2016 et ils sont 15% à manger bio tous les jours.

Ce taux de croissance insolent peut-il offrir un appel d’air aux agriculteurs ? La moitié d’entre eux vit avec moins de 350 euros par mois en France.

Trouver des solutions pour assurer un revenu décent, c’est l’un des objectifs des états généraux de l’alimentation, qui ont démarré jeudi et vont se prolonger jusqu’au mois de novembre. Plus 500 personnes y participent : des représentants des agriculteurs, des industriels, des distributeurs, les associations de consommateurs et de défense de l’environnement. Et le bio fera sans aucun doute partie des échanges. Car certains craignent que l’essor du bio en France finisse par le dénaturer ? Faut-il craindre une montée en puissance du bio industriel ? Une tomate bio cultivée sous serre et vendue en décembre en supermarché fait-elle du bien à la planète ?

Voilà qui nous renvoie à un dilemme que beaucoup de consommateurs connaissent : vaut-il mieux manger un produit bio du bout du monde ou produit local mais pas bio ?

Y a-t-il un bon bio et un mauvais bio ? C’est la question qu’on se met sous la dent jusqu’à 13h.

Les invités

  • Claude Gruffat, président de Biocoop, auteur de Les dessous de l'alimentation bio (la mer salée)
  • Serge Papin, PDG du groupe de grande distribution Système U
  • Philippe Thomazo, DG d'Ecocert, organisme de certification bio

Programmation musicale

  • Territory, The Blaze
  • Huacachina, Monterosso
  • Hexagone, Renaud
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.