Le revenu universel, une idée remise au goût du jour lors de la campagne présidentielle. Et maintenant ?

Le revenu universel : une utopie ?
Le revenu universel : une utopie ? © Getty / Joos Mind

Si Benoît Hamon avait inscrit dans son programme électoral la création d’un revenu universel d’existence, l’idée d’un tel revenu n’est pas nouvelle. Pire elle est aussi vieille que les utopies socialistes d’un Charles Fourier. Toutefois le revenu universel n’est pas l’apanage d’une pensée de gauche puisque même, Thomas Plaine, un des grands idéologues de la révolution américaine et chantre de la pensée libérale, plaida en 1796 pour le droit à un revenu absolument inconditionnel.

Droite et gauche, même combat ?

Tout de même pas, chacun invoquant des raisons qui sont foncièrement divergentes. A droite : le revenu de base mettrait fin à la cohorte d’allocations « qui mobilise une importante bureaucratie » et libre à chacun de faire ses choix de vie (Philippe Frémeaux dans le très bon dossier d’Alternatives économiques de juin). A gauche : lutter contre les inégalités croissantes, garantir un minimum de sécurité et surtout dissocier ce revenu de l’occupation d’un emploi afin de tordre le cou à l’idée que tout travail mérite salaire. Quoiqu’il en soit, le projet invoqué dans le programme du candidat socialiste à l’élection présidentielle a volé en éclat. Est-il arrivé trop tôt ? Est-il définitivement perdu, à moins d’une résurrection lors d’une prochaine déflagration sociale et économique ?

Programmation musicale :

  • Kelis, "Trick me"
  • Michael Kiwanuka, "Cold little heart"
  • Katerine "Y a d'la rumba dans l'air"
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.