Le 20 juillet dernier, Jeff Bezos, ancien patron d’Amazon s’est envolé pour 11 minutes dans l’espace. À son retour, il déclare : "Là-haut, j’ai constaté la beauté de la Terre, mais aussi sa fragilité". Alors, le tourisme spatial, est-ce vraiment l’avenir ?

L'espace est-il l'avenir du tourisme ?
L'espace est-il l'avenir du tourisme ? © Getty / Fabio Formaggio / EyeEm

Jeff Bezos a volé 11 minutes, le 20 juillet, date anniversaire des premiers pas de l’homme sur la Lune. Entre ces deux étapes, bien d’autres épisodes commerciaux de la guerre des étoiles se sont joués. Trois milliardaires s’affrontent pour ouvrir à des touristes fortunés un petit moment dans l’espace : l’ex patron d’Amazon donc, Jeff Bezos, celui de Virgin, Richard Branson, et celui de Tesla, Elon Musk. 

Richard Branson et Jeff Bezos propose pour l’instant quelques minutes à la frontière entre le ciel et l’espace, par des vols dits suborbitaux, avec des tickets à 250 000 dollars. Mais Elon Musk va beaucoup plus haut, et souhaite dès l’an prochain, amener des touristes à bord de l’ISS, avec l’autorisation de la Nasa. Et puis, comme au bon vieux temps, les russes et les américains se font la guerre pour savoir qui réalisera le premier film dans l’espace. L’ISS devrait accueillir une actrice et un réalisateur russe en octobre prochain, avant de recevoir Tom Cruise. Des start-ups travaillent déjà sur des stations spatiales hôtelières, désignées par Philippe Stark.

Alors, malgré ces coûts environnementaux et économiques, le tourisme spatial a-t-il de l’avenir ? Prendra-t-on la fusée comme on prend le train pour partir en vacances ? 

Avec nous pour en parler : 

  • André Farand, conférencier à l’Institut du Droit de l’Espace, ancien chef de la division juridique des programmes spatiaux à l’Agence Spatiale Européenne ;
  • Emmanuelle Rio, enseignante-chercheuse en physique, membre du groupe Passerelles ;
  • Pierre Lionnet, économiste, directeur de recherche à Eurospace ;
  • Stéphanie Lizy-Destrez, enseignante-chercheuse en conception des systèmes spatiaux, à l’Isae-Supaero
L'équipe
Contact