A partir de 2035, l’Europe a l’intention d’interdire la vente de voitures thermiques. En France, dès 2025, les véhicules les plus polluants (diesels et essences) n’auront plus le droit de circuler dans les 45 agglomérations de plus de 150.000 habitants. La voiture a-t-elle encore sa place en ville ?

L'intérieur de la Trabant, avec les réglages des feux sur la gauche du tableau de bord, l'indicateur de vitesse et choses rares : une jaune essence, un autoradio et une horloge électrique.
L'intérieur de la Trabant, avec les réglages des feux sur la gauche du tableau de bord, l'indicateur de vitesse et choses rares : une jaune essence, un autoradio et une horloge électrique. © Radio France / Xavier Demagny

Il y a quelques jours, Challenges écrivait en couverture de son magazine  : « Automobile pas morte" parce qu’il est vrai que les 40 millions de voitures qui circulent aujourd’hui en France, ont un peu chaud au moteur.

L’Europe dans son pacte vert a l’intention d’interdire la vente de voitures thermiques en 2035. Et en France, diesels et essences considérés comme les plus polluantes n’auront plus le droit de circuler dans 45 agglomérations, celles de plus de 150.000 habitants, en 2025, sachant que les restrictions ont déjà commencé à Paris, Grenoble, Lyon ou Rouen. 

Dans un but précis, réduire les émissions de gaz à effet de serre issus du trafic routier qui est le principal coupable en France et réduire la pollution de l’air à cause des oxydes d’azote, pollution qui serait responsable d’au moins 48.000 morts par an.

Mais aussi bonne soit l’intention, est-elle juste socialement ? Les mesures mises en place seront-elles efficaces ?  La voiture a-t-elle encore sa place, ou est-ce tout simplement la panne sèche qui la guette ?

Avec nous en parler : 

  • Alice Timsit, conseillère de Paris, écologiste, élue du 19e arrondissement, travaille avec l’adjoint à la maire de Paris David Belliard ;
  • Lucie Ramackers, ingénieure et consultante en mobilité chez Trans-mission et administratrice chez Femme en mouvement ; 
  • Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes ;
  • François Roudier, porte-parole de la PFA ( La Plate-forme automobile). 
Programmation musicale
L'équipe
Contact