Dès le 1er aout, tous les paquebots seront bannis de la lagune de Venise. Le débat de midi embarque sur ceux qu’on appelle géants des mers, ou monstres des mers, tout dépend de ce qu’on pense de ces paquebots qui sillonnent les mers du globe. La croisière peut-elle encore voguer tranquille ?

Le paquebot de croisière MSC Orchestra dans le port de Nuuk: quand 3 200 passagers débarquent dans une ville de 17 000 habitants
Le paquebot de croisière MSC Orchestra dans le port de Nuuk: quand 3 200 passagers débarquent dans une ville de 17 000 habitants © Radio France / Giv Anquetil

Fascinants ou majestueux, quand il s’agit du Titanic, du Normandie ou du France, polluants et destructeurs quand il s’agit des plus gros du monde, l’Harmony ou le Symphony of the seas, 362 mètres, 228.000 tonnes et plus de 6.000 passagers à bord. Des villes flottantes dont le gigantisme impressionne, et dont le succès, jusqu’à la pandémie, montait en flèche : 30 millions de croisiéristes en 2019. 

Pourtant, en parallèle, de nombreuses voix se sont élevées contre les paquebots, devenus symboles d’un tourisme de masse en contradiction totale avec les questions environnementales, aussi bien en terme de pollution de l’air, d’émissions de gaz à effet de serre, que de dégâts sur le patrimoine et le peuple marin. 

La ville de Venise vient de prendre une décision marquante, après plusieurs années de polémique : bannir ces navires de la lagune à partir du 1er août. Peu d’étonnement de la part du secteur chamboulé par la crise sanitaire, qui tente de se transformer et assure que des efforts sont faits, avec par exemple des navires bientôt propulsés au gaz naturel liquéfié pour réduire la pollution de l'air.

Cela suffira-t-il à rendre ses lettres de noblesse à la croisière ? Les paquebots peuvent-ils encore voguer tranquille ?

Avec nous en parler : 

  • Delphine Gozillon, chargée du transport maritime vert au sein de l’ONG Transport & Environnement ;
  • Fabrice Bernard, directeur de la coopération internationale du conservatoire du littoral ; 
  • Erminio Eschena, président du CLIA, et directeur des affaires publiques du groupe MSC ;
  • et Rémy Knafou, géographe, professeur émérite de l’université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, créateur du FIG (Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges), auteur de Réinventer le tourisme. Sauver nos vacances sans détruire le monde (éditions du Faubourg)
Les invités
  • Rémy Knafougéographe, professeur émérite à l’Université Paris 1, directeur de la revue VIA@, revue en ligne gratuite consacrée au tourisme et publiée en 7 langues
Programmation musicale
L'équipe
Contact