Wonder Woman ou Buffy contre les vampires ... Aujourd’hui, les héroïnes de fiction sont de plus en plus nombreuses, sur le grand comme sur le petit écran. Alors féminisme réel ou argument marketing, le temps des héroïnes est il venu ?

La super-héroïne Black Widow, interprétée par Scarlett Johansson dans les films Marvel. Ici dans "Iron Man 2" (2010) de Jon Favreau
La super-héroïne Black Widow, interprétée par Scarlett Johansson dans les films Marvel. Ici dans "Iron Man 2" (2010) de Jon Favreau © AFP / ARCHIVES DU 7EME ART / PHOTO12

Elles s’appellent Wonder Woman, Capitaine Marvel, ou Black Widow. Elles sont des super héroïnes des films. Et puis avant elles, il y a eu le sergent Ripley dans Alien, ou Amélie Poulain, elles aussi héroïnes à leur façon, tout comme Madame Bovary, ou la princesse de Clèves l’ont été dans les romans. Des femmes, et donc des personnages centraux de fiction.

Pourtant, la comparaison avec le nombre de héros masculins révèle un fossé, que Wonder Woman toute seule aura du mal à combler, aussi balèze soit-elle. Les super-héroïnes semblent de plus en plus nombreuses à l’écran, mais est-ce véritablement un tournant dans l’industrie du cinéma ou une simple opération rentable ? Les revendications féministes vont bien souvent à l’encontre des héroïnes stéréotypées et sexualisées. Les réalisatrices s’emparent du sujet et proposent un regard différent sur les combats et les actions de sauvetages de ces nouvelles héroïnes.  Alors, les temps des héroïnes est-il arrivé ? 

Avec nous pour en parler : 

  • Mélanie Boissonneau, docteure en études cinématographiques à l'université Sorbonne Nouvelle, co-autrice de Héroïnes !, de Madame Bovary à Wonderwoman (Larousse, 2020)
  • Sophie Bonadè, spécialiste des super-héroïnes, des questions de genre et des stéréotypes masculins et féminins dans les œuvres super-héroïques
  • Brigitte Rollet, professeure à Sciences Po, spécialiste du cinéma, et autrice de Femmes et cinéma, sois belle et tais-toi !, aux éditions Belin
L'équipe
Contact