Les salles en France refont le plein, 8 millions et demi d’entrées en juin, cependant le cinéma est accusé parfois d’être trop décalé de ce qu’aime le public, et ses récompenses semblent chercher le personnage qu’ils incarnent. Alors quel rôle ont-ils et doivent-ils avoir aujourd’hui ?

Le cinéma de la plage - Cannes 2018
Le cinéma de la plage - Cannes 2018 © Radio France / Laurent Delmas

La prestigieuse Palme d’or du festival de Cannes, qui sera remise demain, a déjà récompensé depuis tant d’années des films très différents, devenus célèbres : Le monde du silence, Apocalypse Now!, Les parapluies de Cherbourg, Taxi Driver, ou encore Pulp Fiction évidemment.

Des films salués par le jury ET par le public ensuite, mais cette alchimie n’est pas toujours au rendez-vous : le fameux décalage parfois entre succès populaire, et absence de récompenses… Louis de Funès en fut l'un des symboles, il finit par recevoir un César d'honneur en 1980... Et on peut aussi penser au petit tacle en mars dernier de Christian Clavier venu avec les copains du Splendid recevoir également un César d’honneur...

Alors quel est aujourd'hui le rôle de ces cérémonies, festivals et récompenses ? Après un an de crise sanitaire, comment se porte le cinéma ?

Avec nous pour en parler : 

  • Charles Gillibert, co-producteur de Annette de Leos Carax, film d’ouverture du festival de Cannes ;
  • Olivier Delbosc, producteur de Mystère à Saint-Tropez de Nicolas Benamou, en salles depuis mercredi ; 
  • Guillemette Odicino, cheffe de rubrique cinéma à Télérama ;
  • Edouard Bergeon, réalisateur du film Au nom de la Terre sorti en 2019
Programmation musicale
  • General ElektriksParty like a human (radio edit)2021
  • Bonnie Banane
    Bonnie BananeCha-cha-cha2021
L'équipe
Contact