La France est championne du monde avec plus de 2 millions de personnes rien que dans l’hexagone mais le naturisme ne se résume pas aux vacances, mais au respect de l’environnement, de soi vous diront un brin agacés les pratiquants. Tout nus et tout bronzés, est-ce que c’est ça, la liberté ?

Julien, 40 ans, pratique le naturisme depuis ses 15 ans.
Julien, 40 ans, pratique le naturisme depuis ses 15 ans. © Radio France / Sanrine Oudin

La France est championne en la matière, plus de 2 millions d’adeptes, et la première destination au monde pour ceux qui veulent vivre tranquille dans le plus simple appareil. Mais le naturisme ne se résume pas aux vacances ou aux loisirs, vous diront un brin agacés les pratiquants, vantant un état d’esprit qui va bien au-delà de la nudité : un respect de l’environnement, de soi, et des autres. Les autres, tiens, parfois gênés, mal à l’aise, ou carrément bloqués à l’idée de se retrouver les fesses à l’air en public ou de croiser celles des autres. 

Pourquoi la nudité provoque-t-elle tant de choses en nous ? Où situer la frontière entre le public et le privé, l’intime, y compris à la maison ? Et pourquoi tant de différence dans la réalité - comme sur les réseaux sociaux - entre la nudité des hommes, torses nus sans problème, quand un téton de femme devient polémique jusqu’à la plage ? 

Le corps, d’ailleurs, s’est transformé en art de la contestation aussi… tout nus et tout bronzés, est-ce que c’est ça, la liberté ?

Avec nous pour en parler : 

  • Julien Claudé-Pénégry, porte-parole de l’association des naturistes de Paris, ancien vice-président chargé de la communication de la Fédération du naturisme, auteur de Voir la France tout nu chez Hachette ;
  • Bernard Andrieu, philosophe du corps, professeur à l’université de Paris Descartes et auteur de Corps (Rentrée 2021) ; 
  • Barbara Butch, dj, militante body positive ; 
  • Anne-Marion de Cayeux, avocate en droit de la famille et des personnes. 
Programmation musicale
L'équipe
Contact