J’adore regarder danser les gens chante Philippe Katerine. Seulement, depuis la pandémie, les gens dansent moins, beaucoup moins. Et même si depuis le 9 juillet, il est tout à fait possible de retourner mettre le feu à la piste. Boîtes de nuit, clubs, la fête est-elle finie ?

Sound Nightclub, Hollywood
Sound Nightclub, Hollywood © Getty / Myung J. Chun

J’adore regarder danser les gens chante Philippe Katerine. Seulement, depuis la pandémie, les gens dansent moins, beaucoup moins. 15 mois passés sans club, sans boite de nuit, sans grand festivals aussi. Et même si depuis le 9 juillet, il est tout à fait possible de retourner mettre le feu à la piste, avec un habit de lumière, pour l’instant, ces établissements peinent à remplir leurs jauges pourtant réduite. 

Faire la fête, c’est multiplier les risques répète le discours sanitaire, c’est aussi une nécessité partagé par l’humanité tout entière. Comment concilier l’un et l’autre ? Je coupe le son ? Ou je remets le son ? Nuit, est ce que la fête est finie, c’est la question qu’on se pose aujourd’hui dans le débat de midi.

Avec nous pour en parler : 

  • Sabine Ferrand, président de l’UMIH 41 ('Union des métiers de l'hôtellerie en Centre Val-de-Loire) et gérante d’une boîte de nuit dans le Loir et Cher ; 
  • Simon Boisson, co-gérant du Warehouse à Nantes, représentant du collectif Clubs Culture ;
  • Emmanuelle Lallement, anthropologue, spécialiste de la fête, auteure de Bientôt nous danserons avec Laurent Laborie (Éditions Granon, 2021)
  • Yuksek, Dj et producteur.  Compositeur de musiques de films ;
L'équipe
Contact