Nous sommes le 1er novembre 2013 et, il y a 20 ans jour pour jour, le traité de Maastricht entrait en vigueur. Signé par les pays européens, il fixait les étapes devant conduire à la monnaie unique. Mais on a surtout retenu qu'il limitait le déficit public à 3% du PIB. Vingt après, l'Europe parait bien malheureuse. Peut-on y croire encore ?

Thierry Pech (Alternatives économiques ) face à Dominique Seux (Les Echos )

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.