Il y a quelques jours, le gouvernement a fait brutalement marche arrière sur l'ouverture du marché des taxis à davantage de concurrence. Les voitures de tourisme avec chauffeur, les VTC, devront patienter. Cet épisode pose la question des professions réglementées. Faut-il les ouvrir pour grappiller quelques dixièmes de points de croissance ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.