Le discours de Calais du Président de la République

En visite mardi à Calais (Pas-de-Calais), ville symbole de la crise migratoire de ces dernières années, le chef de l'Etat a vanté l'équilibre du futur projet de loi asile et immigration, qui sera présenté en conseil des ministres en février, lors d'un discours offensif de près d'une heure.  "Notre ligne est claire : à chacun nous devons garantir un accueil digne et humain, à tous nous devons donner une réponse rapide (...) mais à ceux qui ne sont pas admis nous devons faire en sorte qu'ils regagnent effectivement leur pays", a-t-il réaffirmé devant les forces de l'ordre rassemblées dans une caserne de la ville.  

Cette ligne est dénoncée par les associations et les organisations de défense des droits de l'homme et la gauche qui accusent le couple exécutif de privilégier le sécuritaire à l'humanitaire et d'aller plus loin que ce qui avait été fait sous la présidence de Nicolas Sarkozy.  L'action des forces de l'ordre à Calais est dans le même temps pointée du doigt depuis un an. Human Rights Watch (HRW) a notamment accusé l'été dernier les forces de l'ordre d'utiliser du gaz irritant, de confisquer les couvertures ou de perturber la distribution de l'aide humanitaire.  Le Défenseur des droits Jacques Toubon avait dénoncé à l'époque des "atteintes aux droits fondamentaux" des migrants à Calais "d'une exceptionnelle et inédite gravité", des "conditions de vie inhumaines" et une "sorte de traque".   Des accusations rejetées en bloc par Emmanuel Macron

 Quelques heures avant la tenue d'une réunion avec les associations de migrants - deux ont décliné l'invitation en dénonçant une réunion "alibi" - le chef de l'Etat a appelé tout le monde à la responsabilité.  

Seules véritables annonces du discours, l'octroi d'une prime exceptionnelle aux policiers et gendarmes déployés en permanence dans le Calaisis, et la prise en charge par l'Etat de la distribution de repas aux migrants de Calais, actuellement assuré par les associations. 

Jeudi,  a eu lieu un sommet franco-britannique au cours duquel les questions de défense et de migration ont également été abordées.  

(source: AFP)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.