Au programme ce dimanche: la mobilisation hier intitulée par ses organisateurs "marée populaire; et l'entretien accordé par la Président de la République à BFM TV à Saint Pétersbourg vendredi.

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé samedi dans toute la France à l'appel inédit d'une soixantaine d'organisations pour une "marée populaire" contre la politique d'Emmanuel Macron.

Le Premier Ministre Edouard Philippe a parlé d' "un petit coefficient de marée".  Avec 190 rassemblements, ce qui se voulait une "super fête à Macron", selon la formule de Jean-Luc Mélenchon, a rassemblé 93.315 manifestants à travers le pays, selon le ministère de l'Intérieur, les organisateurs annonçant entre 250.000 (CGT) et 280.000 personnes (Attac).  "C'était un petit coefficient de marée, comme on dit chez moi", a commenté le Premier ministre et ancien maire du Havre dans le JDD, épinglant le "jeu dangereux" de certains qui "attisent la tension sociale en essayant de rejouer dans la rue ce qu'ils ont perdu dans les urnes", allusion notamment à la France Insoumise.  A Paris, 31.700 personnes ont défilé, selon le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont l'AFP, les organisateurs en comptant 80.000 et la préfecture de police 21.000. "La marée monte progressivement" et "c'était une étape importante", a défendu Alexis Corbière député de la France Insoumise. (Source: AFP)

A l'occasion de son déplacement en Russie et de sa rencontre avec Vladimir Poutine jeudi et vendredi dernier, Emmanuel Macron s'est entretenu sur BFM sur sa politique internationale et les réformes en France.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.