Après vingt-quatre années d'exil au Mexique, Buñuel revient en Espagne pour tourner Viridiana, qui y sera censuré jusqu'à la mort de Franco, en 1975. Inspiré de la vie de santa Viridiana, le film est le portrait d'une jeune femme qui, après le suicide de son oncle, renonce à entrer dans les ordres. Souhaitant servir Dieu par d'autres voies, elle offre alors l'hospitalité et la charité aux pauvres de la région. Leur présence, ainsi que celle de Jorge, le fils naturel de l'oncle, lui font découvrir la vérité de la nature humaine.

Dans une séquence extraordinaire d'orgie, Buñuel tente de révéler, par la musique sacrée (Le Messie, de Haendel) et par les nombreuses allusions à la Passion du Christ, le décalage grotesque entre le monde profane et l'univers dans lequel Viridiana croyait vivre. Le film raconte donc l'histoire d'une femme qui apprend à voir. C'est aussi la métaphore politique d'une Espagne aveuglée depuis 1936.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.