Retour sur la tribune publiée dans "Le Monde" en réponse à l'interpellation musclée des élèves réunis en assemblée générale au lycée Arago le 22 mai dernier.

Dans une vague d'indignation générale, certains se rassemblent et d'autres publient des tribunes pour faire entendre la voix de la contestation dans l'espace public et médiatique. C'est le cas de Laurence De Cock, chercheuse en sciences de l’éducation, professeure agrégée d’histoire-géographie et "détricoteuse" dans Médiapart, qui dénonce une répression des lycéens allant à l'encontre des valeurs éducatives officiellement portées par les pouvoirs publics, dans un texte publié le 26 mai 2018 dans Le Monde.

Laurence De Cock, historienne et essayiste
Laurence De Cock, historienne et essayiste / Yann Levy, studio Hans Lucas

" C’est bien tout un monde qui est au bord du gouffre aujourd’hui, et si on laisserait volontiers tomber celui-ci avec le dernier éboulement, on aimerait aussi avoir notre mot à dire sur ce qui surgira des décombres. C’est en substance ce que tente de nous dire cette jeunesse qui prend la parole, à sa manière, selon des codes qui s’inventent sans nous et c’est tant mieux. Il serait temps que nous, leurs aînés, nous dressions face aux bourreaux et permettions ainsi à nos enfants de poser un à un les pavés de leur destin." Laurence De Cock, Le Monde. 

Un entretien mené par Giv Anquetil.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.