Le fabricant de smartphones veut empêcher les militants de pénétrer dans ses magasins.

Apple contre Attac
Apple contre Attac © Radio France / Giv Anquetil

Ce n’est pas un mauvais remake de la Guerre des étoiles mais bien le nouvel épisode d’une guerre de communication dans laquelle la firme s’enfonce un peu plus.

Car Apple veut garder ses profits pour sa pomme et domicilie ses revenus dans des paradis fiscaux. 

Mais à force de happenings citoyens d’Attac dans ses magasins pour dénoncer ces pratiques, la multinationale a fini par sortir la grosse artillerie : elle réclame 150 000 € d’amende pour toute action à venir, en dénonçant ces «  démonstrations de force massive par des activistes » qui « mettent en péril la sécurité de ses employés et des clients »…

Tout comme Vinci, Veolia, BNP Paribas ou Bolloré, qui traînent en justice tout ce qui bouge, ces « procédures bâillon » ont un objectif très clair : assommer de poursuites et étrangler de frais juridiques quiconque viendrait contrevenir à la bonne marche des affaires.

Du coup, un rassemblement était organisé ce lundi 12 février 2018 devant le palais de Justice de Paris : quand Apple attaque Attac, Attac contre-attaque.

Car l'évasion fiscale, c'est 60 à 80 milliards de manque à gagner pour les services publics chaque année.

Un reportage de Giv Anquetil.

Les liens :

La programmation musicale : 

  • L'enterrement d'un iPhone, Les Gueules de Wab
  • Iphone addiction, Brigitte Meuwsen
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.