Echo des colères en cours… Voilà plus de quatre mois que les habitants du Blanc, 6500 âmes dans la campagne de l’Indre, se battent contre la fermeture de leur maternité.

Défilé des servantes écarlates contre la fermeture de la maternité du Blanc.
Défilé des servantes écarlates contre la fermeture de la maternité du Blanc. © Radio France / Giv Anquetil

Après la fermeture de l’ANPE locale, du tribunal et de la gare, c’est un pas de trop dans la désertification rurale et le recul des services publics au nom d’impératifs strictement budgétaire pour beaucoup d’habitants qui y voient la mort annoncée de leur communauté. 

Malgré la mobilisation du collectif citoyen « C’est pas demain la veille » qui a occupé sa maternité pendant 12 jours, malgré la démission de 76 maires et adjoints de la région en soutien, rien n’y a fait : l’ARS et le Ministère de la Santé ont choisi de passer outre et condamner les locaux, contraignant les familles à faire une heure de route pour pouvoir accoucher. 

Défilé des servantes écarlates contre la fermeture de la maternité du Blanc.
Défilé des servantes écarlates contre la fermeture de la maternité du Blanc. © Radio France / Giv Anquetil

Alors ce mercredi, une centaine de manifestants et manifestantes, déguisées en « Servantes Ecarlates » avec leurs capes rouge vif, sont venu(e)s à Paris pour se faire entendre, devant le congrès des maires de France, l’Assemblée Nationale et le Ministère de la Santé.

Face au mépris, de la startup nation, tout comme les gilets jaunes, les habitants du Blanc voient rouge, et ont décidé d’en faire voir de toutes les couleurs !

Un reportage de Giv Anquetil.

Défilé des servantes écarlates contre la fermeture de la maternité du Blanc.
Défilé des servantes écarlates contre la fermeture de la maternité du Blanc. © Radio France / Giv Anquetil

Programmation Musicale

"Bezzef" Zone d'Expression Populaire 

Les liens

Collectif "C'est pas demain la veille" 

"Une marche des oreilles" pour la maternité du Blanc du 1er au 16 décembre en direction de Paris.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.