"Faire son deuil" :

Lorsque l’on perd un proche, on se retrouve souvent avec tout un tas de démarches administratives à faire… On doit se rendre chez le notaire, appeler les assurances, résilier les contrats de la personne qui vient de mourir… Son abonnement au gaz, son abonnement à Télé-poche . A quoi s’ajoutent, bien sûr, les différentes obligations d’ordre strictement funéraire : rédiger un faire-part et choisir un cercueil – « Franchement, monsieur, prenez du chêne, c’est plus classieux que le sapin – et, je vous assure, ça plaît beaucoup, je n’ai jamais eu aucun retour, aucun client déçu » , nous explique la jeune femme en tailleur bleu marine entre deux vases en marbre et trois bouquets de roses en plastique… Ensuite, il faut choisir les poignées et le capitonnage. « Franchement, monsieur, le velours rouge, c’est ce qui se démode le moins… » Du velours rouge ? Vraiment ? « Je n’ai jamais eu aucun retour. Aucun client déçu. » En même temps, mademoiselle, la mode, quand on est sous la terre. « Mais monsieur, c’est vous qui voyez… »

Après le cercueil, ce n’est pas fini. Il faut choisir la pierre tombale, puis choisir les textes et les chants de la messe d’enterrement. Enfin, dernière formalité : on doit « faire son deuil » .

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.