... la semaine dernière, j’ai reçu dans ma boîte une lettre cartonnée des nouveaux épousés, une lettre accompagnée de quelques photos de l’événement ; photos des alliances, photos du bouquet, photo du yorkshire de ma tante et voilà ce qui était écrit. « Merci d’avoir partagé avec nous le plus beau jour de notre vie ! » Une phrase imprimée, sous laquelle, à la main, ma cousine avait ajouté : « Certes, je flottais dans ma robe, mais maintenant, je nage dans le bonheur ! »

Et c’est en lisant cela que je me suis dis que cette formule était tout de même un peu tartouille… Non seulement parce que dans un mois, je parie que Jean-Mathieu va commencer à laisser trainer ses chaussettes et que dans deux mois, il va se mettre à roter à la fin des repas… Eh ben oui, c’est ça, la vie de couple ! Et puis, de surcroit, ma cousine, elle ne sait pas nager. Ni la brasse, ni le crawl, ni le dos et le papillon, n’en parlons pas ! Elle sait simplement faire la planche. Du coup, elle aurait dû écrire qu’elle faisait la planche dans le bonheur. A la limite, j’aurais compris, mais là… « Nager dans le bonheur » : qu’est-ce que ça signifie ? Est-ce à dire que le bonheur serait comme une étendue d’eau ? La mer, l’océan, une piscine ? Le bonheur est-il une piscine ? Dans ce cas-là, faut faire attention, car on peut s’y noyer ! Pourtant, on ne dit jamais qu’on se noie dans le bonheur. On dit qu’on se noie dans le malheur, mais dans le bonheur, on nage…

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter Le gimmick de Frédéric Pommier
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.