Encore une expression de derrière les fagots : ce matin vous "convoquez".

"Ce n’est jamais très bon signe lorsqu’on se fait convoquer … La plupart du temps, c’est pour se faire enguirlander. Un collégien qui tape un pote au milieu de la cantine, parce que ce-dernier lui a chouravé son Flamby : il est illico convoqué dans le bureau du Principal ! Un lycéen qui tape un prof dans le garage à vélo, parce que ce-dernier lui a mis une sale note : il est illico convoqué dans le bureau du Proviseur ! Et si jamais ça se reproduit, sûr qu’il est cette fois convoqué illico chez les flics !

Ça sent toujours la sanction quand on est convoqué … Convoqué au commissariat, convoqué chez un juge, convoqué par son patron… Un patron qui convoque un employé, c’est rarement pour lui faire des compliments. C’est rarement pour lui dire qu’il est génial et que pour le remercier, on lui offre une semaine de vacances dans la Drôme et deux fois son poids en Flamby ou, s’il préfère, en Maronsuis’ . « Ah oui, je préfère en Maronsuis’ ! » Non, ces choses-là n’arrivent jamais. Ni à France Inter, ni ailleurs… Raison pour laquelle une convocation du patron peut provoquer un léger stress, voire un gros stress, une grosse angoisse ; insomnie, boulimie, vomissements, éruptions cutanées… Comme quand on doit passer un examen. D’ailleurs, pour les exams aussi, on reçoit une convocation… Convocation au Bac ou au permis de conduire…

Alors bon, vous me direz, s’il y a du stress, c’est qu’il y a de la vie… Et s’il y a de la vie, y a de l’espoir… Bref, il est tout à fait possible de ressortir indemne d’une convocation, mais aujourd’hui, de plus en plus, ce sont les morts que l’on convoque ..."

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.