Jamel Debbouze est acteur et humoriste, il est aussi le fils de sa mère. Et face à Eva Bettan, il exulte à l'idée d'évoquer sa mère : Fatima, qu'il appelle Mima. Sa mère son pain et sa générosité, son humanité, l'essentiel.

Jamel Debbouze
Jamel Debbouze © AFP

Jamel partage avec sa maman, Fatima, plus qu’un rapport de mère à fils. "C'est une véritable amie" confie-t-il.

Quand ses parents arrivent en France, venant du Maroc, ils ne parlent pas le français. Jamel est l’aîné, et il se souvient de la complicité avec sa mère. Il est dans le secret, il est son "ouldi", ce qui veut dire "mon fils", et il est aussi son ami, son confident. 

C’est lui qui lit les courriers, qui lui raconte ce qui se dit à la télévision, il est son trait d’union avec la France. "Mais passé le paillasson, raconte-t-il, chez nous, c’était le Maroc. S’il y avait eu un douanier devant la porte, j’aurais trouvé cela naturel…"

Jamel devient lyrique quand il évoque le pain de sa mère : "Il y a des pains qui sont particuliers, qui ont une identité et le sien, il en a une. Très forte d'ailleurs."

Elle a mis toutes ses joies et ses peines dans les kilos et les kilos de pâte qu’elle a pétris dans sa vie.

Et cela donne ce pain tout rond, tout plat, tout chaud, qui était encore meilleur quand ils vivaient au Maroc et qu’ils l’apportaient à cuire au ferrane, le four du village.

La recette du pain matlouh

Ingrédients 

  • 400 g de semoule fine 
  • 150 g de farine 
  • 1 cuil. à soupe de levure boulangère 
  • ½ cuil. à café de sel 
  • 1 verre ½ d’eau tiède 

Mélanger tous les ingrédients dans un grand récipient. 

Pétrir la pâte à la main jusqu’à ce qu’elle devienne lisse et sans grumeaux. 

Attention, il ne faut surtout pas la laisser refroidir, sinon elle devient liquide et il faut recommencer ! 

Une fois que la pâte semble prête, la couvrir de film alimentaire pendant 5 min, puis la pétrir à nouveau et la recouvrir 5 min. 

Sur le plan de travail, saupoudrer de semoule (pour ne pas que ça colle), puis étaler la pâte. 

La couper en deux ou quatre parts, en faire des boules et les aplatir en pâtons de 5 cm d’épaisseur. 

Faire cuire à feu doux dans une poêle jusqu’à obtenir des pains dorés, tout en les retournant plusieurs fois pendant la cuisson. 

Mettre dans un plat et recouvrir avec une serviette. 

Déguster

Les invités
L'équipe