Aucune quiche Lorraine n'égalera jamais pour le réalisateur celle de sa mère. A cette mère militante, le cinéaste a consacré un film : "Tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir des parents communistes"

Jean-Jacques Zilbermann
Jean-Jacques Zilbermann © Maxppp / Urs Flueeler

"Maman ne cuisinait pas, elle faisait à manger. Elle faisait cuire. Parce qu'elle était militante au parti communiste elle n'avait pas le temps de préparer à manger. Elle avait toujours une réunion. Le soir, elle réunissait même la cellule du Parti Communiste dans l'appartement. Il n'y avait pas de place pour faire la cuisine. Il n'y avait pas non plus une grande cuisine."

Et puis un jour pour calmer un mari très jaloux des multiples activités et engagements de sa femme, elle décide de prendre des cours de cuisine.

"Comme elle n'avait pas beaucoup de temps, elle n'a pas appris grand chose non plus dans les cours de cuisine. Elle a appris juste un plat : la quiche Lorraine"

La quiche lorraine 

Jean-Jacques Zilbermann n’avait pas la recette de sa mère, aussi ai-je demandé la sienne à François-Régis Gaudry. 

Ingrédients 

  • 250 g de farine 
  • 125 g de beurre mou en dés beurre pour le moule 
  • 250 g de poitrine fumée 
  • 3 œufs 3 jaunes d’œufs 
  • 40 cl de crème liquide 
  • 2 cuil. à soupe de crème crue épaisse 
  • Sel, poivre 

Pour la pâte brisée, froisser la farine, une pincée de sel et le beurre mou avec les doigts, puis lier avec 2 ou 3 cuil. à soupe d’eau. Façonner rapidement une boule et l’écraser à la main dans un moule beurré à bord assez haut. 

Préchauffer le four à 180 °C (th. 6). 

Couper la poitrine fumée en dés. Les faire blanchir quelques instants, les égoutter, puis les faire dorer à la poêle. Les répartir sur la pâte. 

Dans un saladier, battre les œufs entiers avec les jaunes, ajouter la crème liquide, la crème crue, poivrer, saler légèrement. 

Verser la préparation dans le moule. Enfourner pour une grosse demi-heure, sortir et laisser reposer 15 min avant de servir.

L'équipe