11 novembre 1918... Que se passe-t-il vraiment ce jour de l'armistice? La foule est en liesse, mais peut-on affirmer que la guerre est finie ?

Bataille de Verdun, 1916
Bataille de Verdun, 1916 © AFP

Les soldats qui ne font pas partie du million et demi de tués vont rentrer chez eux, retrouver pour certains leur femme, leurs enfants, souvent hagards, muets, avec la culpabilité de vivre quand les copains sont tombés

Que s'est-il passé ? Qu’ont-ils vécu, ces hommes, qui va changer leur vie et au-delà, changer le monde ?

Des poilus témoignent, des écrivains, des poètes, des musiciens, des peintres déploient leur art pour raconter ou figurer ce qu'André Breton appelle alors : « ce cloaque de sang, de sottise et de boue ». Est-ce que plus rien n’est comme avant ? 

Il faudrait au moins deux heures pour évoquer cette date, 1918 et ses résonances, ça tombe bien, on les a, ces deux heures !

Nous recevons :

  • Bruno Cabanes, historien, spécialiste de l’histoire culturelle de la Grande Guerre. Il a dirigé l'ouvrage collectif Une histoire de la guerre, du XIXe siècle à nos jours (éditions du Seuil)
  • Le cinéaste Bertrand Tavernier : ans sa filmographie, autour de la Première Guerre mondiale, La vie et rien d’autre (1989) et Capitaine Conan (1996) )
  • Jérôme Prieur, pour La Moustache du soldat inconnu (éditions du Seuil)
  • Reportage de Vinciane Laumonier avec des élèves de 3ème à Saint-Etienne du Rouvray près de Rouen
  • La pianiste Célimène Daudet. Son CD Dans la malle du poilu rassemble de la musique jouée par un groupe de musiciens soldats (Lucien Durosoir, André Caplet et Maurice Maréchal) qui se retrouvait et jouait, pour oublier la violence du conflit. Ce sont quelques-unes de ces partitions, retrouvées dans la maison de Lucien Durosoir dans le sud de la France, que les musiciennes Célimène Daudet et Amanda Favier ont enregistré.
  • Le violoncelliste Sébastien Hurtaud. Un violoncelle pour la paix, a rendu hommage jeudi dernier à tous les combattants de la grande guerre à la Cathédrale Saint Louis des Invalides, avec l’Orchestre symphonique de la Garde républicaine. 
  • Emmanuel Godo, écrivain et essayiste. Pourquoi nous battons-nous ? (éditions du Cerf)
  • Laurence Dorléac, historienne de l’art
  • Reportage avec le photographe Hugo Passarello Luna. Avec un appareil photo d'époque, il explore la manière dont des gens qui font des reconstitutions historiques, tentent de sauvegarder la mémoire collective en France, un siècle après la fin de la guerre. Ils se basent sur des textes et photos d’époque, avec l’obsession de rendre compte dans les moindres détails du quotidien des combats. Exposition Nostalgie de la boue, du 6 au 21 novembre, LE 61 Café bar, 3 rue de l'Oise 75019 Paris. 
Mai 2018, des figurants reconstituent la prise de la colline de Noyon, cent ans après.
Mai 2018, des figurants reconstituent la prise de la colline de Noyon, cent ans après. © Radio France / Hugo Passarello Luna, (Projet Nostalgie de la boue)

Programmation musicale :

  • Léo Ferré – "Tu n'en reviendras pas" (de Louis Aragon)
  • LIVE de Célimène Daudet – "Les soirs illuminés par l'ardeur du charbon" et "le vêtement du blessé" (de Claude Debussy)
  • Fernandel - Avec Bidasse 
  • Live Célimène Daudet – "Berceuse héroïque" (de Claude Debussy)
  • LIVE Sébastien Hurtaud (violoncelle) et Pamela Hurtaud (piano) "Aube de l'espérance" de José Elizondo
  • Georges Brassens – "La guerre de 14-18"
Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.