Avec rage et courage, Gisèle Halimi a défendu des militants FLN pendant la guerre d’Algérie. Elle s’est battue pour la dépénalisation de l’avortement et la criminalisation du viol. Elle est morte le 28 juillet 2020 à 93 ans. Souvenir d'une personnalité affirmée et clivante qui a su faire bouger les lignes.

Gisèle Halimi, Bagnolet, janvier 1975
Gisèle Halimi, Bagnolet, janvier 1975 © Getty / Gilbert UZAN/Gamma-Rapho

Si Gisèle Halimi avait été un son, elle aurait été un cri. Un cri qui exhorte les femmes à ne pas se soumettre. La célèbre avocate a d’ailleurs écrit un livre chez Plon  Ne vous résignez jamais.

Née en Tunisie, petite fille de rabbin, elle aurait dû selon sa mère et sa grand-mère accepter la toute-puissance des hommes, celle de son père et de ses frères, parce que c’était "comme ça," mais le "comme ça" n’était pas Gisèle Halimi et sa révolte contre la tradition de la toute-puissance virile a forgé son caractère. L’avocate, la citoyenne, l'être humain n’accepta jamais une différence de traitement, de position, de statut entre un homme et une femme.

Avec rage et courage, Gisèle Halimi a défendu des militants FLN pendant la guerre d’Algérie, elle s’est battue pour la dépénalisation de l’avortement et la criminalisation du viol. Elle est morte le 28 juillet 2020 à 93 ans et nous allons, dans ce Grand Atelier fantôme de Gisèle Halimi, rappeler cette personnalité affirmée et clivante qui a su faire bouger les lignes et améliorer, sans aucun doute, le sort des femmes.

Avec :

Annick Cojean, journaliste et auteur de Une farouche liberté (Grasset)

Emmanuel Faux, journaliste, fils de Gisèle Halimi

Sophie Couturier, militante à La cause des femmes, association fondée par Simone de Beauvoir et Gisèle Halimi

Elisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances.

Richard Berry, comédien. Dans le spectacle Plaidoiries, il incarne plusieurs ténors du barreau, dont Gisèle Halimi et met en scène certaines de leur  grandes plaidoiries. Le spectacle devrait reprendre en janvier au Théâtre libre à Paris en janvier puis en tournée.  Le livre de Matthieu Aron Les grandes plaidoiries des ténors du barreau qui a inspiré le spectacle est disponible aux Editions Mareuil

Programmation musicale : 

  • Debout les femmes, hymne féministe du MLF, par 39 musiciennes
  • Cesse - Clou
  • Sonate pour arpeggione et piano en la mineur D. 821 de Schubert - Rostropovitch et Benjamin Britten
  • Que serais-je sans toi ? - Jean Ferrat
L'équipe