S'il est un écrivain de l'intime, c'est bien lui. Depuis « Priez pour nous », en 1990, ses livres autobiographiques montrent un homme qui ne se remet pas de son enfance, ou plutôt, un auteur dont l’écriture romanesque, avec sa vie comme matériau, lui permet, sinon de se remettre, du moins, d’avancer et de survivre.

Lionel Duroy
Lionel Duroy © Radio France / Vincent Josse

Quel est ce traumatisme, tellement créatif ? Une mère violente et dépressive, un père d’origine noble voulant plaire à sa femme qui vit plus haut que ses moyens, et assez vite, la catastrophe : la famille est expulsée de la maison bourgeoise de Neuilly, elle se retrouve en HLM, et l’école, privée catholique, que les parents ne paient plus, renvoie les enfants. 

C’est l’expérience du rejet, du déclassement social, de l’insuffisance des parents également racistes et antisémites, qui va amener le jeune Lionel à lire et à écrire. 

Il commence par le journalisme et se lance dans le roman pour mettre des mots sur cette violence familiale, pour témoigner aussi de la difficulté d’aimer, des thèmes labourés de livre en livre avec des titres souvent durs, « Un jour, je te tuerai », « Le chagrin », « Colères »… 

Dans son activité littéraire, il y a aussi l’écoute des autres, il prête à des personnalités, Sylvie Vartan, Mireille Darc, Depardieu, son talent d’écrivain et conçoit des livres biographiques avec eux. Un « nègre » ? Non, un compagnon d’écriture avide de comprendre un destin.  

Nous étions nés pour être heureux (Julliard) est son dernier roman, celui de la réconciliation.

Nicole Courtois Higelin et Lionel Duroy
Nicole Courtois Higelin et Lionel Duroy © Radio France / Vincent Josse

Avec :

  • Betty Mialet et Bernard Barrault, patrons des éditions Julliard
  • Marie-Christine Barrault, comédienne. Ce long chemin pour arriver jusqu'à toi (XO), co-écrit avec Lionel Duroy
  • Rencontre avec Nicole Courtois Higelin, au cœur du livre de son fils Arthur H Fugues (Mercure de France)
  • Dominique Besnehard, producteur
  • François Loyer, historien de l'art et de l'architecture. Parmi ses ouvrages : Paris XIXe siècle : L’immeuble et la rue, Hazan (1987)

Programmation musicale :

  • Prisonnière - Stephane Eicher
  • All the good girls go to hell - Billie Eilish
  • Lentement - Bertrand Belin et Barbara Carlotti
  • O mio babbino claro (Puccini) - Maria Callas
  • La boxeuse amoureuse - Arthur H
  • La solitude - Gérard Depardieu chante Barbara
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.