Elle est devenue célèbre avec les films de Bertrand Blier, mais au début des années 90, elle exerçait déjà le métier de comédienne. Sur les planches dès 13 ans, dirigée par Jacques Lassale qui l’avait découverte en allant dîner chez ses parents, son père est l’auteur de théâtre Michel Vinaver.

Anouk Grinberg
Anouk Grinberg © Radio France / Vincent Josse

Peu à peu, une actrice s’est imposée, beau visage, la voix comme un violon aux cordes fragiles capable de tristesse et de joie, une petite femme tonique et sensible, souvent sur un fil, qui se jette dans un rôle comme on vit une passion amoureuse, éperdument.  

Mais ce métier n’est pas toute sa vie. Car elle vit, en dehors des plateaux et des planches. Elle prend le temps de dessiner, de peindre et de broder, comme s’il fallait à son équilibre, des moments de solitude, de repli, pour que, c’est son expression, le dessous remonte au-dessus.  

Dans le cerveau des comédiens, Anouk Grinberg (Odile Jacob)

Avec :

Lionel Naccache, neurologue à la Salpêtrière à Paris, chercheur en neurosciences à l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière, professeur de médecine à Sorbonne Université et membre du Comité consultatif national d’éthique. Le cinéma intérieur : projection privée au cœur de la conscience (Odile Jacob)

Arnaud Desplechin, réalisateur. Son dernier film Tromperie, avec Anouk Grinberg sortira en décembre prochain

Sonia Wieder Atherton, violoncelliste. Cadenza (concertos de Boccherini) et Chants Juifs sont sortis chez Alpha

Sarah Moon, photographe

Programmation musicale :

  • Respire - Clara Luchini
  • Tonight tonight - Celeste
  • BO du film Tromperie (Film d'Arnaud Desplechin) - Grégoire Hetzel
  • Come di - Paolo Conte
  • Liberté - Angélique Ionatos
  • Concerto en ré majeur (Boccherini) - Sonia Wieder Atherton
  • Fyo - Michelle
  • Vertigo - Alexia Gredy
L'équipe