De Rodriguez au pays des Merguez en passant par les Bidasses en folie, Le Grand Bain ressuscite les Nanars qui ont fait le bonheur des soirées télé de l’été. Derrière l’humour potache et les filles dénudées, ces comédies illustrent aussi la France d’après 68, mi-réac, mi-débridée.

Evénement(s) lié(s)

Pauvre France !

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.