- En ce moment sur les balcons, c'est la révolution parce que les contenants dans lesquels on fait pousser géraniums ou autres cosmos sont en train de muter. Autrefois, le choix d'une jardinière pour notre balcon, c'était le pot de terre contre le pot de fer. Mais aujourd'hui, le lin, les sacs de chantiers et les déchets de l'industrie automobile bouleversent le paysage du jardinier urbain.

De nouveaux bacs à fleurs pour le balcon
De nouveaux bacs à fleurs pour le balcon © Fotolia

- Les déchets de l'industrie automobile, ce sont les vieux pneus? Effectivement, on a tous vu dans nos campagnes de vieux pneus habilement déguisés en pots de fleurs. Les dahlias s'égayant au milieu de roues de caoutchouc parfois repeintes en pimpantes couleurs. Mais la matière utilisée pour nos pots dénommés Bulbo est un peu plus subtile : Ces jardinières, qui ont la forme d'un bouton de tulipe qui s'entrouvrirait, sont en PVTEX, un matériau tout nouveau issu du recyclage du PVC, en particulier celui que l'on emploie pour faire les tableaux de bords des voitures, les garnitures de portières, les baches de camions... On en rejette 10 000 à 20 000 tonnes par mois en Europe. Voilà pourquoi ces pots, imaginés par l'agence Art Terre, sont écolos. Ils sont aussi fabriqués en France, avec la collaboration d'entreprises d'insertion. C'est tout bon, et, ce qui n'est pas négligeable, c'est aussi tout beau.- Vous avez parlé du pot fait en sac de chantier. On peut avoir un petit doute sur l'esthétique, Marie? Non, je vais vous rassurer : la matière ressemble un peu à celle qu'on utilise pour les gravats sur les chantiers, mais c'est nettement plus joli, et ca s'appelle un BackSac. L'excellent designer Godefroy de Virieu a utilisé une toile géotextile, dont on se sert dejà dans l'agriculture, pour en faire des sacs que l'on remplit directement de terre pour y mettre ses plantations. Apparemment les plantes adorent ça, et nous aussi, parce que le look est tout neuf, les coloris rappellent la toile de jute, ils sont soulignés de fins liserés verts, et les sacs sont equipés de sangles noires ou de poignets permettant de les déplacer aisément où de les accrocher aux rambardes des balcons. Les sangles s'ajustent au garde-corps facilement comme celles d'un sac à dos. Il y a des BackSacs de toutes les tailles : que l'on souhaite planter un géranium ou installer, si son balcon est assez grand, un carré potager. Notre designer a travaillé pour des paysagistes qui souhaitaient autant que nous des bacs moins lourds, ils font moins d'un kilo, et moins cher, de 22 euros pour notre geranium à 120 euros environ pour notre potager. J'ajouterai qu'au moment de stocker ces pots, un vrai problème pour le jardinier d'appartement, il suffit ici de replier les sacs et de les ranger dans un placard.- Et le pot en lin que vous avez évoqué au départ, ça ressemble aussi à un sac? Pas du tout. Ca ressemble à un pot en terre classique. Car du lin on ne fait pas seulement des costumes qui se froissent, mais bien des meubles, des dalles pour jardin, et pour ce qui nous intéresse ici des pots de fleurs. Les toutes jeunes créatrices de la marque AZ & MUT ont imaginé des pots aux formes tout à fait classiques, mais fait d'un mélange de résine et de fibres de lin à 70%. Cela donne des produits très légers, quelques centaines de grammes seulement, résistants, recyclables, dans un joli colori ficelle très très chic. Maintenant, pour être tout à fait au top sur la jardinière, il ne vous reste plus qu'à écouter Alain Barathon.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.