Guillaume Erner : mariage ou pas, Marie, vous avez choisi aujourd’hui de nous mettre dans de beaux draps.Parce que c’est le mois du blanc ! Une tradition commerciale délicieusement désuète. Elle est née il y a un peu plus de 150 ans par la grâce d’Aristide Boucicaut fondateur du bon marché, le premier grand magasin parisien. Inspiré, paraît il par un Paris enneigé, il lance de grandes promotions sur le linge de maison, alors si blanc, pour attirer dans les rayons la foule rincée par les fêtes de fin d’années. Aujourd’hui le blanc n’est plus blanc, le trousseau de mariage est une curiosité et le mois du blanc est noyé dans de longues semaines de soldes sur tout et n’importe quoi. 150 plus tard, tout à changer si ce n’est que l’on toujours essoré par les cadeaux de noël, et ce n’est donc pas une mauvaise idée d’utiliser nos derniers sous, ou plutôt euros pour renouveler le blanc. G-E qui donc ne l’est plus ? Et non, depuis les années 30, le linge de maison est coloré. Ce furent d’abord des tons pastels. Puis dans les années 60, des couleurs vives mais aussi des motifs rayures, fleurs, carreaux et même des dauphins surgissant des flots ou une Dora l’exploratrice géante. Et ces dernières années, le linge de maison est devenu le terrain de jeu des créateurs de mode de Sonia Rykiel à Ralph Lauren, Kenzo ou encore Diesel. Tout cela est toujours en rayon, mais la vraie tendance du moment, c’est le retour aux matières nobles. Le lin élégant a en plus la fibre écolo : essentiellement produit en Europe, sa culture demande peu d’eau, et question confort, c’est le top : chaud en hiver, frais en été. Version classique, c’est la spécialité de la marque Alexandre Turpault établie à Cholet depuis 1847, autant dire qu’elle aurait pu être dans les vitrines de Mr Boucicaut. Le lin a cependant deux inconvénients : son prix, voilà pourquoi on profitera des promotions de janvier, et il faut le repasser. Pour éviter cette épreuve, on se tournera vers le must depuis quelques années : le lin lavé. C’est le « chic décontracté » au lit : look plus nature, il affiche des couleurs passées, craie, ficelle ou plus intenses, vert profond ou bleu encre, qu’il est de bon ton de mélanger. Et il a aussi un aspect froissé qui interdit le repassage. Version haut de gamme, les tonalités les plus subtiles sont chez Merci ou linge Particulier, mais on le trouve aussi dans les pages des catalogues am pm ou Becquet. G-E Nous avons assez peu parlé serviettes et torchons…Et vous faites bien de le relever Guillaume. De même que les draps ne se cachent plus sous de pesants dessus de lit, les torchons s’affichent dans la cuisine. Ils se doivent donc d’être aussi utiles que décoratifs. L’évolution en matière de couleurs comme de matière est la même. Mais si on veut être pointu sur le torchon, on choisira des univers très graphiques : grandes fleurs colorées de la marque culte et finlandaise Marrimekko, dessins délicats toujours rehaussés d’une touche de couleurs de la Cerise sur le gâteau ou photos trompe l’œil de fourchette, louche, couteau chez Absolument design. Côté bain, on allège. A l’éponge on préfère les tissus nids d’abeille un brin retro comme chez Caravane ou décoclico ou les serviettes de Hamam appelée aussi Fouta et joliment frangée chez Conran Shop ou sur le site By Johanne. Voilà des soldes que vous utiliserez souvent, longtemps et qui vous iront toujours même si vous prenez du poids.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.