La mode produite à grande échelle par les groupes mondialisés est fabriquée au fin fond de l’Asie dans des conditions de travail plus que déplorables. Les débats n’ont fait que prendre de l'ampleur depuis la catastrophe du Rana Plaza, à Dacca, au Bengladesh en avril 2013 : presque 1200 couturiers sont morts dans l’effondrement de leur immeuble-usine de huit étages, complètement vétuste. On a l’impression, du coup, que la terre entière s’est réveillée et a découvert la pauvreté des ouvriers du textile, et la nécessité d’y mettre sinon fin, du moins un frein...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.