L'écrivaine Jane Sautière tord le cou aux vilains mots comme vergeture et ménopause.

Elle en fait des essais intimes et s’attaque aux derniers tabous de la condition féminine contemporaine. Comme la première fois où elle entend le mot « nullipare » dans la bouche de son médecin. « Femelle qui n’a jamais mis bas », selon le dico.

Un « choc lexical » pour l’essayiste qui s’interroge sur sa propre identité de femme qui n’a jamais eu d’enfant.

Dans « nullipare », il y a aussi « nulle part ».

C’est pour elle l’occasion de sonder sa part nomade, ses perpétuels déménagements, choisis ou subis, qui révèlent d’autres fêlures. Sensible au regard porté par la société sur « l’ahurissant mystère de ne pas avoir d’enfant », elle reconstitue le puzzle, à la fois tragique et drôle, de ce destin.

« Dressing » de Jane Sautière
« Dressing » de Jane Sautière © Radio France
Jane Sautière
Jane Sautière © Editions Vertivales / Philippe Bretelle
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.