We want sex
We want sex © Radio France

Les chiffres qui font mal

La sexualité a besoin de temps pour s’exprimer, et si vous passez ce temps au bureau, à abattre votre vrai travail, ça va être compliqué. Je profite donc de la thématique du jour pour vous parler d’une grosse enquête réalisée tout récemment par Technologia / Mutuelle UMC et qui révèle, en gros, que pour être heureux au lit... il faut rester au lit. Quelques chiffres pour nous faire peur : 40% des travailleurs se plaignent d’un réveil trop avancé pour faire l’amour le matin - on monte à 62% chez les ouvriers et 98% chez l’équipe de Service Public...

Les anti-sexes identifiés

Malheureusement la fatigue n’est pas seule en jeu. Il faut ajouter à nos déboires : les déplacements, le télétravail, la perte d’emploi, le burn-out, le surinvestissement, la retraite, et enfin le fait d’être toujours joignable, car qui peut se concentrer sur sa brouette quand le patron appelle toutes les trois minutes ? Personne. En bref ? A peu près TOUT ce qui est lié au travail aboutit à une vie sexuelle moins satisfaisante. Et ça va loin puisque selon 25% des répondants, les conséquences touchent leur santé sexuelle : troubles du désir pour les deux sexes, troubles de l’érection pour les hommes.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.