Robert Carsen et François Busnel
Robert Carsen et François Busnel © Radio France / Anne Audigier

Tannhäuser à l'Opéra Bastille

Du 06/10/2011 au 29/10/2011

Tannhäuser - Richard Wagner

Grand Opéra romantique en trois actes (1845)

Musique de Richard Wagner (1813 - 1883) Livret du Compositeur En langue allemande

Composant Tannhäuser, Wagner fit de lui-même l’autoportrait le plus achevé qui soit, en même temps que son oeuvre la plus romantique.

Aux côtés de Christopher Ventris, Nina Stemme fait ses débuts attendus à l’Opéra.

Sir Mark Elder Direction musicale

Robert Carsen Mise en scène

Paul Steinberg Décors

Constance Hoffman Costumes

Robert Carsen, Peter Van Praet Lumières

Philippe Giraudeau Chorégraphie

Patrick Marie Aubert Chef du Choeur

Christof Fischesser Hermann Christopher Ventris Tannhäuser Stéphane Degout Wolfram von Eschenbach Stanislas De Barbeyrac Walther von der Vogelweide Tomasz Konieczny Biterolf Eric Huchet Heinrich der Schreiber Wojtek Smilek Reinmar von Zweter Nina Stemme Elisabeth Sophie Koch Venus

Orchestre et choeur de l'Opéra national de Paris

Maîtrise des Hauts-de-Seine/Choeur d'enfants de l'Opéra national de Paris

Une incurable blessure, ainsi Richard Wagner considéra-t-il toujours son Tannhäuser , douloureux portrait d’homme et d’artiste. Comme il l’écrivit à Louis II, revoyant son oeuvre vingt ans après sa création, il ne put s’empêcher de pleurer, aveuglé par le reflet de ses anciennes blessures, anciennes mais toujours ouvertes, plus irrémédiables encore que celles qui feront se lamenter Amfortas dans son futur Parsifal . Et certes, en 1845, au moment où Wagner composa Tannhäuser , la vie l’avait déçu et ne lui avait apporté aucun des bienfaits espérés. Son existence n’avait été qu’exils, de Magdebourg à Paris et jusqu’à Riga. Il avait fait un mariage malheureux et, ne connaissant pas l’amour, ne cessait d’y rêver douloureusement. Le succès n’était pas venu, quelque concession qu’il ait faite au public. Composant Tannhäuser , Wagner fit de lui-même l’autoportrait le plus achevé et lucide qui soit, en même temps que son oeuvre la plus inachevée, inachevable, romantique au sens le plus fort du terme. Aux côtés de Christopher Ventris, Nina Stemme fait ses débuts attendus à l’Opéra. Sophie Koch chante sa première Vénus et Stéphane Degout son premier Wolfram.

Evénement(s) lié(s)

Tannhäuser

Les liens

Tannhäuser - site de l'Opéra Bastille

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.