Christophe Malavoy publie Céline, même pas mort, chez Balland.

<img

                                src="https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2012/02/f9ca5ca6-5726-11e1-a6ab-842b2b72cd1d/640_celinememepasmort.jpg"
                            alt="Céline même pas mort"
            width="295" height="475"
    /><figcaption>Céline même pas mort © Radio France</figcaption></figure> 

Est-il possible d’évoquer Louis-Ferdinand Céline sans faire jaillir toutes les passions désordonnées liées à la controverse des écrits de cet auteur hors du commun, qui aura marqué, quoiqu’il advienne et qu’on le veuille ou non, la littérature du XXe siècle ?

Cinquante ans après sa mort, Louis-Ferdinand Céline divise toujours et crée la discorde. Provocateur infatigable, poète indésirable et cependant illuminé, homme libre et accusé de l’être, que dirait aujourd’hui Céline dans notre société moderne, standardisée, mondialisée, où règne en maître l’individualisme, le mensonge, l’intérêt et le profit ?

Écrit sur le principe platonicien du dialogue, Céline, même pas mort ! fait revivre l’auteur du Voyage au bout de la nuit et tente de faire entendre la modernité autant que les contradictions d’un homme qui fut toujours seul, conscient dès la tragédie de la Guerre de 14 - il avait alors tout juste vingt ans - d’être sous l’immense empire de la mort.

Céline, même pas mort ! ne plaira pas à tout le monde. Mais n’est-ce pas au fond, ce qu’on peut lui souhaiter de mieux ?

Choix musical de l’invité:

Frank Sinatra - A man alone -1969

Play-list:

KittyDaisy and Lewis – Don’t make a fool out of me

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.