Israël Horovitz Un New-Yorkais à Paris Mémoirestraduit de l’anglais (Etats-Unis) par Cécile Dutheil de la Rochère

Israël Horovitz
Israël Horovitz © Radio France / Grégoire Louis

Originaire du Massachusetts, Israël Horovitz, né en 1939, a dix-sept ans quand sa première pièce est jouée à Boston. Acteur, metteur en scène et dramaturge, il a notamment publié aux éditions Théâtrales L’indien cherche le Bronx (1987), Les Rats (1995), Didascalies (1995) et Le Premier (2002). Sa dernière pièce, Très chère Mathilde (L’Avant-scène Théâtre) interprétée par Line Renaud et Samuel Labarthe, a été jouée au Théâtre Marigny à guichets fermés, en 2009, avant d’entamer une tournée dans toute la France.Dans ces mémoires entièrement inédites, celui qui aimait la France au point d’ironiser – « dans une autre vie, j’étais un escargot » -, dévoile les cicatrices de son enfance et raconte les siens, ses amis, son théâtre et son cinéma. Fils d’un chauffeur de camion et d’une mère au foyer, Israël Horovitz a grandi entre la violence paternelle et l’abnégation maternelle, mais c’est avant tout un dramaturge, un scénariste, un artiste au parcours exceptionnel : soixante-dix pièces représentées dans le monde entier, et une trentaine de scénarios pour le cinéma. C’est aussi l’auteur américain le plus souvent monté en France. Des deux côtés de l’Atlantique les plus grands acteurs ont joué sous sa direction : Al Pacino, Diane Keaton, Jane Birkin, Pierre Dux, Line Renaud… Sans compter ses deux pères de substitution, Ionesco, qui le qualifiait de « tendre voyou », et Samuel Beckett, alias « Sam », qu’il évoque avec humour. Israël Horovitz n’a cessé de collaborer à la création de résidences d’artistes, et aujourd’hui il dispense son savoir entre la France et les Etats Unis aux cinéastes de demain. Marié deux fois, père de cinq enfants, le plus froggy des Américains tâchera toujours d’offrir aux siens ce dont il a manqué. A commencer par l’amour et le goût de la scène. Aux lecteurs il offre un texte vif, facétieux, une succession de saynètes inattendues et cocasses, et des moments d’une tendresse inespérée.

source: Editions Grasset

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.