François Mouly et François Busnel
François Mouly et François Busnel © Radio France / Anne Audigier

Françoise Mouly nous entraîne dans les coulisses du New Yorker pour nous révéler comment le magazine crée ses couvertures maison en commentant les événements politiques et culturels les plus importants. Elle montre les unes provocantes ou jubilatoires qui n'ont pas été retenues et nous explique le processus éditorial qui en fait des étapes essentielles dans l'élaboration d'une couverture capable de résister au temps tout en gardant son mordant. Son livre empoigne l'histoire contemporaine - de la farce de Monica Lewinsky ... Lire la suite aux aventures de Michelle et Barack Obama ou à la tragédie nucléaire au Japon - en images aussi incisives que scandaleuses.Plus encore, il montre de quelle façon ce magazine, symbole de l'intelligence du journalisme en Amérique, ose cultiver le sens de l'humour lorsqu'il aborde des sujets moraux et politiques complexes.

EXPOSITION

26 octobre 2012 - 5 janvier 2013

vernissage le 25 octobre à partir de 18h30

en présence de Françoise Mouly et de plusieurs artistes.

Galerie Martel

17, rue Martel - 75010 Paris

01 42 46 35 09 / 06 10 19 30 02

contact@galeriemartel.fr

14h30-19h du mardi au samedi

www.galeriemartel.com

Un portfolio rassemblant les sérigraphies des 16 artistes exposés, numéroté, signé et tiré

à 100 exemplaires, sera publié à cette occasion

LES COUVERTURES DU NEW YORKER

couv
couv © Radio France

Après José Muñoz, c’est une palette d’artistes venus des deux côtés de l’Atlantique qu’accueille la Galerie Martel : ils font partie des virtuoses qui signent chaque semaine la couverture du New Yorker. Françoise Mouly, DA de l’hebdo légendaire, a composé un florilège de ces oeuvres : provo­cation élégante, commentaire social, poésie du temps qui passe... Tout cela, et plus encore.

Cet automne, rue Martel, découvertes en série : l’expo collective qui débute le 25 octobre n’est pas uniquement la projection sur cimaises des Dessous du New Yorker que Françoise Mouly publie à La Martinière : « Le livre fait la part belle à l’actualité - et à tout le fouillis fiévreux précédant la mise au point d’une idée de dernière minute. L’exposition approfondit les révélations et privilégie le commentaire social. » On y verra des originaux sur l’art et sur la mode voisiner avec ceux qui reflètent puissamment l’histoire américaine récente : les tours du World Trade Center en noir sur noir que Mouly avait réalisé avec Art Spiegelman, ou cette composition de Mouly elle-même – la silhouette d’un détenu de la prison irakienne d’Abou-Ghraïb jetant une ombre sur la Bannière étoilée.

Le New Yorker exige des couvertures exprimant immédiatement l’essentiel afin que chaque lecteur s’y reconnaisse. « Les sentiments, les préjugés, les vêtements, les voitures, les âmes, tout cela parle d’un temps. » Face à leur sujet, il faut donc aux artistes une vraie franchise du regard - celle que Françoise Mouly manifestait à 19 ans, débarquant à New York fraîche émoulue des beaux-arts de Paris : « Je n’étais pas blasée par l’éclat de la ville. J’observais. » Ensuite, ce fut pour Françoise la rencontre d’Art Spiegelman, la création de RAW, et ce jour de 1993 où la tempétueuse Tina Brown, alors rédactrice en chef du New Yorker, lui en confia la direction artistique. Depuis, elle a su garder son oeil neuf. Elle attend de ses dessinateurs la même ouverture : « Certaines semaines, je suggère des thèmes circonstanciels comme la Saint-Valentin. Halloween. Les collections. L’anniversaire du magazine, où Eustace Tilley, notre mascotte, est mis en scène... et le marathon de New York. Pour le premier dimanche de novembre 2010, c’est un Italien résidant à Paris, Lorenzo Mattotti, qui a trouvé l’image. Il m’a proposé cette foule serrée, athlétique et bariolée, ces lignes et ces couleurs exotiques, qui, juxtaposées, sont la ville. C’est important de savoir écouter les artistes parler de ce qu’ils voient, de ce qu’ils remarquent. »

LES COUVERTURES DU NEW YORKER

François Mouly
François Mouly © Radio France / Anne Audigier

Le New Yorker vise un lectorat sophistiqué, East Coast et international : chaque lundi, un million d’exemplaires envahissent les kiosques - avec un taux de reprise en main élevé, sans compter l’édition électronique destinée aux tablettes. Pour ce public sensible aux faits de société, la couverture du New Yorker est une balise : « Le New Yorker est un magazine d’intérêt général où chaque contributeur, artiste ou écrivain, peut choisir son sujet. Le journalisme, la poésie, la littérature ou l’humour ont tous autant droit de citer sur sa couverture que dans ses pages intérieures. Par contre, il faut que le dessinateur ait quelque chose à dire car il n’y a aucun texte à illustrer, aucun sujet imposé. Le défi est de demeurer en phase avec les moeurs du temps, sans donner de leçon. Une bonne couverture du New Yorker ne vous dit pas ce qu’il faut penser. Elle vous amène à penser. » Illustrant le mariage gay, une couverture de Jacques de Loustal parue le 13 juin 1994 éclaire parfaitement le propos. Noir, blanc et rose shocking forcent son caractère emblématique. Afin de brouiller les stéréotypes, le garçon en complet blanc et bouquet de marié dépasse d’une tête son compagnon en habit, chapeau et col cassé. Au jour de sa parution, le magazine reçoit moult remerciements de couples gays et des centaines de lettres de protestation. « La réaction a été violente » explique Mouly. « On commençait juste à en parler, mais c’est une chose de parler à voix basse d’un sujet encore tabou et une autre que de le montrer ». Dix-huit ans plus tard, les moeurs ont évolué et en 2011 le mariage gay est légalisé à New York. Figure de proue d’un magazine distingué - dans tous les sens du terme – le dessin a contribué à élargir l’univers du possible.

Françoise Mouly totalise neuf cents couvertures du New Yorker. Or, ce périodique a une qualité rare dans la presse écrite : il résiste au temps. On peut différer sa lecture, il n’aura pas vieilli — un demi-siècle plus tard, qui n’aimerait retomber sur ces quatre numéros de 1966 où parut la première mouture du De sang froid de Truman Capote ? La tenue des couvertures est une clé de cette durabilité. « Le New Yorker a été lancé en 1925, et celles de la période ont la perfection graphique de l’art-déco. Saul Steinberg et Jean-Jacques Sempé dominent les années 70. Mais j’adore regarder les dessins des années 30 à 50—chacune de ces images raconte toute une histoire qui s’inscrit dans la grande histoire. Collectivement, ces couvertures décrivent sans paroles les désirs, les préjugés, l’humour et les affectations d’un monde vécu. Alors, semaine après semaine, j’incite les artistes à créer des images qui, examinées dans quelques décennies, offriront de notre époque un portrait aussi parlant. »

Avant d’exposer les artistes du New Yorker, la galerie Martel a accueilli :

Blutch, Alberto Breccia, Charles Burns, Nicolas de Crécy, Robert Crumb, Brecht Evens, Fred, Gabriella Giandelli, Milton Glaser, Aline Kominsky-Crumb, Javier Mariscal, Lorenzo Mattotti, José Muñoz, Thomas Ott, Gary Panter, Art Spiegelman, Joost Swarte, Roland Topor

Choix musical de l’invitée: Dave Van Ronk – Hesitation Blues

Chanteur de blues et Folk américain, ami de Bob Dylan.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.