Dustin Hoffman présente “Quartet”, son premier film en tant que réalisateur. Tour à tour drôle et philosophe, l’acteur américain se révèle un artiste en perpétuel questionnement.

L'acteur américain Dustin Hoffman
L'acteur américain Dustin Hoffman © Getty / Stéphane Cardinale - Corbis

“Quartet” est un film sur d’anciens chanteurs d’opéra qui organisent un spectacle pour sauver leur maison de retraite menacée de fermeture.

Dans cette comédie, Dustin Hoffman se réjouit de casser les préjugés sur le vieillissement. Ce n’est pas vrai qu’on s’assagit avec l’âge, l’acteur le clame avec humour : “Faux ! On fait encore l’amour ! Faux ! On est toujours romantique ! Faux ! Notre esprit est plus grand qu’il ne l’était !”

Qui est Dustin Hoffman ?

A cette question, l’acteur répond qu’il ne sait pas. Il travaille dur depuis toujours pour devenir un “être humain” et quitter cet être “primitif” que nous sommes tous, il en est persuadé. 

Face à l’inconscient, “cette bête extraordinaire qui nous dirige”, seul son métier d’acteur lui permet de se centrer. Il s’est “toujours senti déconnecté de lui-même” et le seul moment où il sent qu’il a une identité, c’est quand il joue un rôle.

Dustin Hoffman et la littérature russe du XIXème siècle

Quand François Busnel lui demande quel genre de lecteur il est, Dustin Hoffman s’enflamme. Il adore lire et regrette de ne pas être cultivé. Il aimerait parler d’autres langues pour lire ses auteurs préférés dans le texte. Notamment toute la littérature russe du XIXème siècle : Dostoïevski, Tolstoï, Boulgakov, Tourgueniev...

Et Dieu dans tout ça ?

“J’ai toujours cru en Dieu” affirme l’acteur. Dustin Hoffman raconte alors une anecdote sur l’écrivain Isaac Bashevis Singer. A la question de l’inaction de Dieu face à la Shoah, ce dernier fustige l’arrogance des humains qui pense être les seuls dans l’univers. Et s’il y avait d’autres univers ? Et s‘il y avait plusieurs dieux ? Et si le nôtre n’était pas le meilleur mais qu’il faisait de son mieux ?

Les invités
Les références
L'équipe