« Notre démocratie a-t-elle besoin de héros ? », la question peut sembler choquante quelques jours à peine après l’hommage solennel que rendait la république au colonel Arnaud Beltrame… C’est une question que soulève pourtant le philosophe Michaël Foessel, au nom même de ce qu’est la démocratie…

Extraits de la tribune du philosophe Mickaël Foessel, parue cette semaine dans le quotidien Libération:

«Dans le cas d’Arnaud Beltrame, la notion d’héroïsme me semble justifiée. Mais attention à ne pas vouloir en faire un modèle politique. Le héros est celui qui affirme sa liberté, non seulement contre le mal, mais aussi par rapport à la fonction qui est la sienne. A partir du moment où la liberté ou la morale d’un individu l’emportent sur ce qui est attendu de lui, on peut parler d’héroïsme, et c’est bien le cas ici. En revanche, faire de ce héros un modèle pour notre société démocratique est plus problématique, car la démocratie est un régime qui ne suppose ni l’héroïsme, ni le sacrifice."

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.