Et si notre époque était celle de la fin de l’amour ? Et si l’extension du domaine du capitalisme allait jusqu’à bouleverser nos émotions, nos désirs et nos vies amoureuses ? C’est la thèse au cœur d’un livre passionnant : "La fin de l’amour" aux éditions du Seuil par la sociologue franco israélienne Eva Illouz.

Eva Illouz
Eva Illouz © Radio France

Paradoxe de la révolution sexuelle : la liberté que les femmes ont gagnée, ne les a pas émancipées de la domination masculine… Conséquence de l’extension illimitée du capitalisme : le bouleversement complet de nos émotions, de nos désirs et de nos vies amoureuses. 

La fin de l’amour, enquête sur un désarroi contemporain. C'est l'essai que signe la sociologue franco israélienne Eva Illouz, directrice d’études à l’Ecole des Hautes études en sciences sociales. Elle est régulièrement citée parmi les intellectuelles les plus influents du monde.  

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.