Francis Wolff, professeur émérite de philosophie à l’École normale supérieure (Paris), auteur de « Plaidoyer pour l’universel » (Fayard) : "Il faut que les idées universalistes retrouvent leur puissance mobilisatrice et critique. Contre l’empire des identités, refonder une éthique de l’égalité et de la réciprocité".

Francis Wolff, professeur émérite de philosophie à l’École normale supérieure
Francis Wolff, professeur émérite de philosophie à l’École normale supérieure © Edition Fayard / Leextra / Julien Faurel

L’héritage des Lumières en débat

« Jamais nous n’avons été aussi conscients de former une seule humanité. Nous savons que nous sommes exposés aux mêmes risques planétaires : réchauffement climatique, extinction des espèces, mondialisation de l’économie… Et pourtant, alors qu’elle semble s’imposer dans les consciences, l’unité de l’humanité recule dans les représentations collectives. Partout les mêmes replis identitaires : nouveaux nationalismes, nouvelles xénophobies, nouvelles radicalités religieuses, nouvelles revendications communautaristes »… Ces mots sont du philosophe Francis Wolff. Il formule ce paradoxe dans un livre passionnant : « Plaidoyer pour l’universel » aux éditions Fayard. Plaidoyer ou combat perdu d’avance pour défendre les idées, les idéaux universalistes ? C'est le débat du Grand Face-à-Face.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.