Avons-nous des ennemis ? Pascal Bruckner répond à cette question par l'affirmative dans un texte publié dans la revue Le Débat

Avons-nous besoin d’ennemis ?  Un peuple ne se révèle-t-il que dans l’affrontement ?  C'est la question de notre grand face à face aujourd'hui

"En 1989, alors que l’empire soviétique implose, Alexandre Arbatov, conseiller diplomatique de Mikhaïl Gorbatchev, eut à l’endroit des Occidentaux cette remarque brillante: «Nous allons vous rendre le pire des services, nous allons vous priver d’ennemi.....

Vingt-huit ans plus tard, le Vieux Monde, gagné entre-temps par le scepticisme, semble coaliser contre lui deux ennemis très différents: l’islam radical, sous sa double forme terroriste et intégriste, et la Russie de Vladimir Poutine.

Reste que l’on ne peut confondre une rivalité intermittente et ancienne envers le pouvoir russe avec le djihadisme, qu’il faut anéantir, quoi qu’il arrive. Avec Moscou il faut négocier en position de force, sans faillir, avec Daesh, Al-Qaida et consorts, vaincre ou périr."

Pascal Bruckner. Le Débat. Ed Gallimard 2017/4

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.