A la tribune des Nations Unies, deux visions du monde se sont opposées. D’un côté, Donald Trump, défendant la souveraineté face au « globalisme », de l’autre, Emmanuel Macron, chantre du multilatéralisme. Analyse avec François Heisbourg, expert en géopolitique.

François Heisbourg en 2010
François Heisbourg en 2010 © AFP / Miguel Medina

Après l'Assemblée générale des Nations Unies qui se tennait cette semaine à New York, faut-il admettre qu’en matière de relations internationales, « la loi du plus fort » est la seule loi qui s’impose à tous ? La souveraineté a-t-elle pris le pas sur le « globalisme » ? C’est, en tous les cas, ce qu’on pouvait comprendre du discours prononcé par Donald Trump.

On ouvre le débat avec François Heisbourg, président de l'International Institute for Strategic Studies de Londres et conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) de Paris.

Au sommaire : 

  • La semaine vue par les humoristes de France Inter
  • Le duel Natacha Polony / Raphaël Glucksmann. 
  • Le débat avec notre invité 

Les conseils culturels

Natacha Polony : le pianiste Jean-Paul Gasparian

Raphaël Glucksmann : Tout peut changer de Naomi Klein, aux éditions Actes Sud

François Heisbourg : Vie et Destin de Vassili Grossman, aux éditions Le Livre de poche

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.