morzine
morzine © / Gilles Lansard

À Morzine, en Haute-Savoie, comme ailleurs, la pratique du ski s’est lentement développée au XXe siècle. En 1900, quelques enfants du village utilisaient des planches de vieux tonneaux, qu’on appelle des douves, pour glisser sur la neige. On imagine que ça n’avançait pas très vite… Mais rapidement, ils se sont mis à fabriquer des vrais skis, avec des planches mises en forme, fartés à la cire d’abeille et à la bougie fondue… Les courses commencent alors.

Mais Morzine, vers les années 1930, continuait d’être une station essentiellement estivale. On commençait cependant à voir quelques hivernants glisser sur les pentes et remonter les pistes à l’aide de peaux de phoque. On les voyait aussi, traînés par un cheval sur les routes du village. Il n’y avait alors aucune remontée mécanique.

Mais l’ère des téléphériques est arrivée, dans les années 1920 et 1930. Des hôtels ont ouvert (en particulier le Grand Hôtel, en 1925 – il en existe 50 aujourd’hui) , des écoles de ski également, des bus circulent.

Puis la guerre de 39-45 stoppe le développement.

Dans les années 1950, Morzine joue résolument la carte du tourisme

En 1961, c’est la création du complexe de Nyon, à la pointe de Nyon, avec téléphérique, télésièges, téléskis…

Puis, c’est Avoriaz qui est lancé, à l’initiative de Jean Vuarnet. On entre là dans une ère nouvelle, avec construction d’immeubles, développement des capacités d’accueil et des équipements sportifs.

Le domaine skiable d’Avoriaz, s’ajoutant à ceux du Pleney et de Nyon, a augmenté considérablement les possibilités touristiques de Morzine. Voilà comment on arrive à la station actuelle, le complexe Morzine-Avoriaz, avec un ensemble de 400 km2, 296 pistes et 194 remontées mécaniques, dans l’ensemble appelé le domaine des Portes du Soleil.

carte Savoie - Jeu des 1000 euros
carte Savoie - Jeu des 1000 euros © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.