Square Mullot (Méru)
Square Mullot (Méru) © radio-france

Dans le sud-ouest du département de l’Oise, où nous passons la semaine, Méru est aux portes de l’Ile-de-France, près de Cergy-Pontoise… une petite ville à la campagne, comme on aime le dire dans ce cas de figure. Méru, c’est plus de 13.000 habitants, dont 30% ont moins de 20 ans et 50% sont actifs. De son passé médiéval, il demeure la Tour des Conti récemment dégagée et réhabilitée. Le château, dont faisait partie cette belle tour, a été incendié au milieu du 18° siècle. L'histoire de Méru est étroitement liée à la tabletterie et la boutonnerie de nacre, retracée de manière dynamique dans son Musée labellisé "Musée de France".

Née au Moyen-Age, cette activité de tabletterie a connu un grand essor au 19°. Ce fut l'époque faste de la tabletterie de luxe. La ville de Méru se spécialise alors dans la petite tabletterie dite dominoterie (dés, dominos, touches pour piano...). Par ailleurs, la production du bouton connaît un certain développement et tend à la fin du siècle à supplanter les fabriques de tabletterie. La boutonnerie connaît une expansion, qui s'accompagne d'une phase d'industrialisation. La ville de Méru et le village d'Amblainville restent les principaux fiefs de ce développement. A Méru, en 1905, on recense 54 boutonneries.

La baisse de la production de boutons ne nacre commence avec la Grande-Guerre. Puis, à la fin des années 1950, c'est l'avènement du polyester. Très rapidement, il y a surproduction de boutons en plastique et les prix de vente s'effondrent : 15 établissements ferment et licencient 1 500 ouvriers. En 1960, la ville de Méru ne comptabilise plus que 320 emplois. Dans les années 80, le découpage de la nacre est délocalisé en Asie. Les boutons sont importés finis. Aujourd'hui, il reste à Méru et Amblainville 2 boutonneries de nacre qui totalisent 30 emplois au maximum.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.