C’est la semaine de la francophonie, et c’est même aujourd’hui la Journée Internationale de la Francophonie. Nous sommes à cette occasion en Belgique, toute la semaine.

L'Atomium de Bruxelles
L'Atomium de Bruxelles © Radio France / Nicolas Stoufflet/France Inter

►►► Retrouvez les dates des prochains enregistrements

►►► Envoyez vos questions

►►► Posez la candidature de votre commune

Et d’abord à l’Atomium de Bruxelles ! L’Atomium, c’est un peu la Tour Eiffel de Bruxelles, puisque cet emblème de la capitale belge a aussi été construit pour une exposition universelle, en l’occurrence celle de 1958. Et tout comme la dame de fer parisienne, l’Atomium n’était pas destiné à survivre ; cette construction avait une vocation éphémère… Et puis, et puis, bientôt 60 ans après, il toujours là et bien là.

L’Atomium, qu’est-ce que c’est ? Ce n’est certes pas une tour, ni une pyramide,. Il est un peu cubique, un peu sphérique, à mi-chemin entre sculpture et architecture. A l’Expo 58, c’est la science qui était à l’honneur. L’idée des concepteurs de l’édifice était de magnifier l’atome et ses applications à travers un pavillon exceptionnel.

L’ingénieur André Waterkeyn a donc réalisé donc une maille élémentaire de fer agrandie 165 milliards de fois, ce qui donne aujourd’hui cette forme de cube sur pointe à l’Atomium, avec 9 atomes à chaque angle reliés entre eux par 20 tubes, le tout étant soutenu par 3 grands piliers. Il culmine à 102 m. Son acier de construction pèse 2 400 tonnes.

C’est un musée et un lieu d’exposition. Au pied de l’Atomium, « Mini-Europe », une façon de découvrir notre espace commun, notre continent, grâce à 350 maquettes. Et à côté, le nouveau musée ADAM, dédié au design d'objets en plastique.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.